Je Fais Un Don

Type to search

A La Une Crise anglophone Télé’Asu News

Crise anglophone: 5 prêtres enlevés dans le Sud-Ouest

Ces hommes armés qui ont également mis le feu à l’église Sainte Marie de Nchang ont également enlevé une religieuse et deux laïcs.

L’église Sainte Marie de Nchang, dans le diocèse de Mamfe, région du Sud-Ouest a été attaquée et incendiée dans la nuit du vendredi 16 septembre 2022 par des hommes armés non encore identifiés. Selon le site internet Vatican news dans sa rubrique Eglise, les assaillants au terme de cette attaque ont kidnappé cinq prêtres, une religieuse et deux fidèles laïcs, qu’ils ont emmené vers une destination inconnue dans les forêts environnantes du village de Nchang.

LIRE AUSSI: Kumba: Les 4 mesures urgentes de Maurice Kamto pour mettre fin à la crise anglophone

Une attaque condamnée par les évêques de la province ecclésiastique de Bamenda. Dans le communiqué rendu public le samedi, 17 septembre, 24h après l’attaque, on peut y lire. « Cet acte a désormais franchi la ligne rouge et nous devons dire que “trop c’est trop”». Tout en condamnant vivement l’attaque de l’église Sainte Marie, les évêques lancent «un appel à ceux qui ont enlevé les prêtres, la religieuse et les chrétiens de Nchang pour qu’ils les libèrent sans plus attendre», écrivent-ils en invitant également ces terroristes, leurs soutiens et commanditaires à se repentir.

Des évêques condamnent l’enlèvement de six religieux à Nchang

LIRE AUSSI: Crise anglophone: 24 personnes tuées au Sud-Ouest par des hommes armés

Tout en appelant tous les chrétiens à continuer de prier pour l’Eglise et tous ses ministres, ainsi que pour ses persécuteurs, les évêques élèvent également leurs voix vers le ciel afin de prier pour la protection et en même temps pour le pardon des délinquants comme le Christ l’a fait sur la Croix. Le communiqué de la conférence épiscopale provinciale de Bamenda se conclut par un appel aux «personnes de bonne volonté à exercer leur vigilance sur les biens temporels de l’Église et de son personnel et à les protéger des pouvoirs du Malin», lit-on sur le site Vatican News. 72h plus tard, l’attaque n’est toujours pas revendiquée.

Tags: